Bonjour et bienvenue sur Récif 34.

Il s'agit d'un forum d'aquariophilie marine du Languedoc Roussillon. Bien sur tout le monde est le bienvenue.

A très bientôt sur Récif 34.



 
AccueilS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» construction de module
par tropic12 Ven 23 Mar 2018 - 13:04

» PV indonesie en VPC
par tropic12 Jeu 22 Mar 2018 - 8:34

» Présentation
par tropic12 Mer 21 Mar 2018 - 14:49

» Le Bac de Gravitys V3 : 1287L
par stef34 Mer 21 Mar 2018 - 10:20

» projet bac 960 litres
par val30 Sam 17 Mar 2018 - 13:17

» Ajout de poissons
par val30 Sam 17 Mar 2018 - 13:09

» salut
par yasha Dim 31 Déc 2017 - 18:41

» Passage de 30 à 60L
par Arnyto Jeu 7 Sep 2017 - 16:21

» Cherche bidons pour déménagement
par bubulle Sam 19 Aoû 2017 - 9:54

» Retour au recifal
par hotmars Mer 9 Aoû 2017 - 17:43

» Le 300L de c!p
par steph 30 Dim 28 Mai 2017 - 18:59

» Nouveau bac 1500 L de Steph 30
par steph 30 Dim 28 Mai 2017 - 18:51

» forum en panne?
par Morti Dim 21 Mai 2017 - 18:12

» bourse clam 2017
par michel l Sam 13 Mai 2017 - 2:20

» Le recifal de lysmata (280l)
par poissonpané Lun 24 Avr 2017 - 1:26

» Suite nouveau bac 600L
par Roxane30 Mar 18 Avr 2017 - 10:07

» Recherche ferronnier sur Montpellier
par Ascidian Sam 15 Avr 2017 - 16:54

» Cyclone Cook
par poissonpané Mar 11 Avr 2017 - 22:41

» reef cube by hotmars
par Gravitys Lun 3 Avr 2017 - 6:02

» Traitement ozone
par Loganreef Dim 2 Avr 2017 - 10:40

» 330l de Telepat.
par jbl77 Sam 1 Avr 2017 - 11:45

» Juwel Rio 240
par jbl77 Sam 1 Avr 2017 - 11:42

» Chrysiptera rollandi
par poissonpané Sam 1 Avr 2017 - 0:33

» ozone
par julien174 Mer 29 Mar 2017 - 20:32

» Le nouveau bac du Poissonpané : aquaterrarium de 900L / Nouvelle Calédonie
par poissonpané Mar 28 Mar 2017 - 8:05

Partenaires
Image hébergée par servimg.com

Partagez | 
 

 Focus sur le Tridacna Crocea

Aller en bas 
AuteurMessage
Fyleos
Dragon des Mers
Dragon des Mers
avatar

Masculin Messages : 5383
Date d'inscription : 11/06/2011
Age : 34
Localisation : Gallargues-le-montueux (30)

MessageSujet: Focus sur le Tridacna Crocea   Jeu 5 Déc 2013 - 9:00

Article de James Fatherree, traduit tiré de reefkeeping.com.
Désolé pour les éventuelleserreur de traduction, j'ai traduis l'article entre deux courtes nuits à donner le biberon, je veux bien un doliprane maintenant! :bière 

Un second article sur l'identification des bénitiers devrait bientôt arrivé.

Bonne lecture!

---------------------------------------------------------------------------------

Focus sur le Tridacna crocea


Plusieurs espèces de bénitiers sont disponibles pour les amateurs, mais Tridacna crocea est l'une des plus populaires, si elle n'est pas numéro un. Donc, je voudrais faire un focus sur cette espèce, y compris des informations sur la façon de les identifier, une partie de leur biologie fondamentale et la façon de prendre soin d'eux. Comme vous le verrez, ce sont des animaux très intéressants, malgré le fait que, pour la plupart, ils semblent juste se poser et pousser.

Notez que cette espèce est simplement appelé "crocea" par la plupart, mais est également connu comme la palourde de crocus, bénitiers ennuyeux et bénitiers safran. Et ils sont aussi parfois vendus sous les noms commerciaux de super crocea, crocea ultra ou d’autres noms similaires, parce que certains spécimens ont un aspect plus coloré et/ou inhabituel que d'autres. Il ne faut pas s'étonner qu'ils soient hautement recherchés, car ils sont souvent dans les bleus et les verts magnifiques, avec à peu près toutes les autres couleurs mélangées à certains endroits. Violet, orange et or sont les plus fréquents. En plus de leurs magnifiques couleurs, les motifs qui couvrent généralement leur manteau supérieur peuvent inclure des rayures, des vagues, des taches, des anneaux, etc, qui les rendent encore plus beau.



Variété de Tridacna crocea dans toute sa splendeur.


Identification

Après avoir regardé beaucoup de T. croceas il est généralement assez facile de les repérer par la seule apparence de leur manteau, mais tout le monde n’a pas assez d'expérience pour les identifier avec certitude, et certains spécimens sont plus difficiles à reconnaître que d’autre. Heureusement, plusieurs autres caractéristiques peuvent être utilisées pour une identification, nous allons donc les exposer. Notez que, pour la plupart des amateurs, un bon aperçu de la coquille est généralement la meilleure façon de faire une identification. Un croquis est fourni ci-dessous qui détail les parties de la coquille, au cas où vous n'êtes pas familier avec la terminologie qui suit.




Rosewater (1965) a signalé que d'une longueur de la coquille de 15 cm est la taille maximale pour T. crocea, ce qui en fait le plus petit des bénitiers. La coquille est aussi généralement gris-blanc, mais elle est parfois teintée de jaune, orange ou rose-orange. Ces couleurs peuvent aussi former une bande évidente à la marge supérieure de la coquille, en particulier sur sa surface intérieure.
La coquille est souvent légèrement à modérément allongé, et la charnière est typiquement inférieure à 1/2 à 1/3 de la longueur de la coquille. Ils sont généralement fortement gonflés, plus gros principalement près de la charnière, et les valves (chaque moitié de la coquille) peuvent être lourdes / épaisses pour leur taille. Veuillez noter qu'en raison de l'habitude de T. crocea de s'enfouir dans des substrats durs, des coquilles déformées sont parfois vu. Parfois, le substrat peut être plus difficile dans certaines régions que dans d'autres, et le bénitier doit se développer à la forme de l’espace disponible par la croissance.

Chaque valve a généralement six à dix plis essentiellement plat, avec habituellement quatre ou cinq d'entre eux un peu plus prononcée que les autres. Dans certains cas la coquille est presque lisse, mais, en dehors des petits, des lignes ondulées / bande de croissance les recouvrent. celles-ci sont souvent totalement absentes dans la partie inférieure de la coquille des spécimens qui sont enfouies dans des substrats durs, les coquilles souvent deviennent de plus en plus près de l'ombilic lissée dans le processus.
Les valves n'ont souvent pas de grandes écailles, soit parce qu'elles ne se forment pas ou parcequ’ils s’enfouissent assez profondément. Parfois, cependant, certains spécimens peuvent avoir des lignes de croissances qui sont considérés comme des petites écailles près de la partie supérieure de la coquille. Bien sûr, dans le cas des spécimens issus de l'aquaculture qui ne s’enfouissent pas, l'ensemble de la coquille peut être recouverte d'écailles saillantes. Ainsi, si vous vous basez uniquement sur la présence d’écailles,  il peut être facile de confondre un T. crocea d'aquaculture avec d'autres espèces qui ne s’enfouissent pas et qui ont généralement des écailles.

Sur le côté supérieur, le bord supérieur de chaque valves est symétrique par rapport à l'autre, et ils sont habituellement surmontée par quatre ou cinq projections inter-digitiformes. Ce qui permet aux T. Croceas de bien se fermer dans la plupart des cas. Sur la face inférieure, croceas ont généralement les plus grandes ouvertures / long byssus de tous les bénitiers, étant généralement un tiers à ½ de la largeur et 1/3 de la longueur totale de la coquille, ou même plus. La grande ouverture, en combinaison avec un byssus de taille appropriée, permet aux T. Croceas de se fixer solidement aux substrats, et permet également l'extension et le retrait complèt de leur tissu pédale.

En ce qui concerne les parties molles, les T. Croceas étendent généralement leurs manteaux bien au-delà de la marge supérieure de leur coquille, assez pour cacher complètement les coquilles en vue de dessus. Le manteau a également souvent de nombreux tubercules / saillies sur sa surface supérieure, et a souvent une rangée « d’œil» près de son bord extérieur. Le siphon inhalent (l'ouverture en forme de fente dans le manteau où l'eau est aspirée dans le corps) est entouré de très petits mais nombreux tentacules, qui peuvent être très finement ramifiés ou de forme irrégulière, et le siphon exhalant (où l'eau sort du corps du bénitier ) prend souvent sur une forme tubulaire / haute, comme une cheminée, etc.



Vue de dessus et dessous de crocea typiques. Vue de côté des valves de crocea typiques.


Siphon exhalant de crocea typique. Siphon Inhalent d'un crocea typique, qui est bordée par des tentacules fins.


Distribution géographique et milieu naturel

T. croceas peuvent être trouvés dans l'océan Indien et dans le nord-ouest et le centre de l'océan Pacifique, allant de la côte ouest de la péninsule de Malaisie et du nord-ouest et est de l'Australie aux îles Mariannes et Salomon (Rosewater, 1965). Rosewater à indiquer qu'ils en avaient trouvé à l'est des Fidji, mais Lewis, et al (1988) ont indiqué qu’aucun spécimen n'avait été trouvé là, malgré ce que Rosewater avait dit. Cependant, l'espèce a été introduite il depuis, selon Raymakers, et al (2003). Ils ont également été observés loin au nord, au sud des îles du Japon et au sud de la Grande Barrière de Corail et Nouvelle-Calédonie.
Pourtant, en dépit d'un tel éventail géographique, T. Croceas ont été fortement surexploités dans de nombreuses zones relevant de leur aire de répartition naturelle, et sont même disparu dans certaines zones tels que Guam et la Mariannes du Nord (Munro, 1989 et Wells, 1997). Cela est dû à la collecte pour l'aquariophilie dans une certaine mesure, mais la collecte pour la consommation par les habitants et pour les marchés de fruits de mer asiatiques est le principal coupable. L'espèce y est encore assez abondante, cependant, n'est pas considérée comme menacée d’extinction (UICN 2006).

T. Croceas peuvent être trouvés en grand nombre dans la zone intertidale où ils sont régulièrement exposés par les marées basses, et dans les eaux subtidales peu profondes. Je n'ai pas trouvé de référence qui fournit leur profondeur d’habitation maximale exacte, même si, à l'exception de Rosewater (1965), qui a déclaré qu'ils vivent à des profondeurs allant jusqu'à "plusieurs brasses", alors cela signifie probablement quelque chose comme 18 à 24 pieds, ce qui signifie qu'il vit à la plus faible profondeur de toutes les espèces de Tridacna. En outre, Hamner (1978) et Hamner et Jones (1976) ont indiqué qu'ils ont «régulièrement» trouvé des densités de 100 bénitiers par mètre carré dans certains endroits, et parfois à 200 par mètre carré sur certains platiers intérieur de la Grande barrière de corail .



Distribution de crocea.


Beaucoup de T. croceas vivant sur ou près des récifs dans la zone intertidale peuvent être exposés à de très basses marées. Des expositions temporaire à l'air et parfois la pluie ne leur nuit pas.


T. Croceas sont aussi appelés bénitiers foreurs parce qu'ils forent littéralement le substrat où ils vivent, qu'ils élargissent et approfondissent pour leur croissance. Pour cette raison, ils sont généralement presque entièrement enfermés dans des têtes de corail vivants ou morts, ou dans des substrats calcaires solides avec le bord supérieur de leur coquille proche de la surface de leurs « terriers ». Pourtant, j'ai parfois vu des individus dont environ 1/3 de la coquille sortait de son « terrier ».



Beaucoup de T. croceas vivant sur ou près des récifs dans la zone intertidale peuvent être exposés à de très basses marées. Des expositions temporaire à l'air et parfois la pluie ne leur nuit pas.


Ils commencent à creuser quand ils sont minuscule, 4 à 20 mm de long (Kawaguti, 1983 et Suzuki, 1998), et se fait principalement par l'action d'une mince feuille de tissu du manteau spécialisé qui dépasse de l'ouverture de byssus au fond de la coque. Ce tissu sécrète un faible acide qui peut adoucir / dissoudre le carbonate de calcium sous et autour du bénitier, et il peut effectivement prolonger ce tissus sur la hauteur de la coque (Hedley, 1921). Il a également été suggéré que les bénitiers peuvent utiliser les fines ondulations de leurs valves pour user mécaniquement les parois de leurs terriers (Yonge, 1936 et Hamner & Jones, 1976).



Ici vous pouvez voir le tissu pédale du manteau partiellement sorti de l'ouverture du byssus de ce crocea.


En outre, j'ai observé plusieurs croceas dans la nature qui ont utilisé la partie inférieure de leur tissu du manteau supérieur de dissoudre des substrats carbonatés. Dans de tels cas, le substrat a été dissous et aplanie par l'extension du manteau supérieur, et la forme des zones dissous a précisé que le tissu du manteau supérieur, pas le tissu pédale de manteau, était responsable. Ce n'est pas quelque chose d'unique à croceas, il y a d'autres espèces de bénitier qui utilisent le tissu de leur manteau pour dissoudre, plutôt que de précipiter, des matériau carbonate (par exemple, de Zwaan, 1977 et Lutz & Rhodes, 1980).



Ici vous pouvez voir que les cavités faites dans ce squelette de corail mort correspondent parfaitement à la forme du manteau lorsqu'il est totalement déployé.


Il est intéressant de noter que, curieusement, T. crocea ne fait pas terriers lorsqu'il est placé dans un aquarium. Apparemment, si elles ne commencent pas à faire un terrier à une très petite taille, ils ne le feront pas du tout. Dans leur habitat naturel, ils commencent à creuser dans des substrats quand ils sont à seulement quelques millimètres de long, donc je suppose que pour une raison inconnue, ils ne feront pas un nouveau terrier une fois qu'ils atteignent une certaine taille, ce qui est beaucoup plus petit que les exemplaires vendus dans l'aquariophilie.


Taux de croissance

Croceas ont la croissance la plus lente des bénitiers, mais leurs taux de croissance exacts sont très variables en raison des différences dans les conditions environnementales et la génétique individuelle. Intensité de la lumière, la disponibilité des nutriments, la température de l'eau, les vagues, la salinité, etc peuvent affecter les taux de croissance, et même dans des conditions identiques (c'est-à-dans le même bac ou sur le même récif), certains spécimens peuvent croître beaucoup plus vite ou plus lentement que les autres. En fait, «d'énormes différences" dans les taux de croissance individuels de bénitier de mêmes parents ont été observés et rapportés par de nombreux chercheurs (par exemple Beckvar, 1981; Gwyther & Munro, 1981; Munro & Heslinga, 1983). En outre, Dor (2002) a observé que sur une ferme de bénitier, 5% de chaque espèce étaient à croissance super rapide, 10% étaient à croissance rapide, 70% étaient à croissance moyenne, 10% étaient à croissance lente et 5 étaient à croissance super lente. Notez que des bénitiers, même de la même espèce, atteignent aussi la maturité sexuelle à des moments différents, ce qui ralentit leur croissance car la production des gonades, du sperme et des œufs demande plus d’énergie. Ainsi, une fois qu'ils atteignent l'âge de la reproduction au bout de quelques années, les taux de croissance peuvent ralentir considérablement.

Pour vous donner au moins une estimation approximative de la vitesse de croissance d’un crocea juvénile, je vais vous parler d'une étude réalisée par Hart, et al (1998). Ils ont réparti plusieurs centaines croceas (et d'autres espèces, aussi) dans plusieurs cages de protection et les ont distribués sur 11 zones différentes avec différentes conditions environnementales autour des îles Salomon (par exemple, des profondeurs différentes, clarté de l'eau, l'activité des ondes, etc.). Puis, après les avoir suivi pendant environ deux ans, il a été signalé que les spécimens dans certains endroits avaient des taux de croissance moyens beaucoup plus élevés que ceux des autres. Par exemple, les croceas dans un endroit ont augmenté en moyenne de 2.02mm par mois, mais seulement 1 mm par mois dans un autre. Il est important de se rappeler que ce ne sont que des moyennes, le spécimen dont la plus forte croissance aurait pu être nettement plus élevé que 2.02mm/mois, la plus lente croissance aurait pu être beaucoup moins 1mm/mois.

Cependant, cette moyenne de taux de croissance correspond bien à mes observations personnelles de nombreux croceas vivant dans des aquariums, qui sont généralement pas plus de quelques millimètres par mois - au mieux, et certains avec presque aucune croissance. Oui, lente. Par comparaison, T. gigas peuvent croître de plus de 10mm/mois!



Ces croceas ont le même âge et de mêmes parents, et ont été élevé dans les mêmes conditions dans une installation d'aquaculture, mais ils ont encore sensiblement différents taux de croissance.


Maintenance en aquarium

Comme vous l’attendez probablement, les exigences de qualité de l'eau pour maintenir T. croceas correspondent juste avec ce qui généralement considéré comme "standard" pour les aquariums récifaux. Des températures comprises entre 25 ° et 28 ° C sont optimales, de même que d'un pH de 8.1 à 8.3. L'alcalinité devrait être maintenue de manière optimale dans la plage de 9 à 12dKH, et le calcium doit être maintenue à 380 à 450 ppm. La seule chose en particulier à noter est que, comme quand un poisson grandit, il ajoute un nouveau matériau de la coque sur toute la surface intérieure de ses valves, et pas seulement leur marge supérieure, donc même un crocea à croissance lente peut utiliser plus de calcium que vous pourriez vous y attendre, et plusieurs dans un aquarium peut épuiser le calcium et l'alcalinité avec une rapidité surprenante.

En plus de cela, un éclairage puissant est vraiment la clé pour les garder en bonne santé. La lumière tombant sur le manteau, et les zooxanthelles gardé à l'intérieur, est le principal moyen par lequel croceas obtiennent leur énergie à l'état sauvage, et la même chose pour leur vie en aquariums. Ainsi, vous devez absolument leur donner un éclairage puissant si vous vous attendez à les maintenir en vie.

Croceas vivent dans des zones moins profondes que les autres espèces de Tridacna, où ils reçoivent la lumière intense, de sorte qu'ils ont besoin de plus de lumière que les autres espèces, lorsqu'il est conservé dans des aquariums. Et, en plus des différences au niveau des espèces, il y a aussi de la variabilité entre les individus. Les différences génétiques peuvent faire un bénitier plus en forme que l'autre dans des conditions identiques, deux individus peuvent être porteurs de différentes souches de zooxanthelles, et ainsi de suite. Ceci est très important de se le rappeler, vous devez fournir au moins assez de lumière pour maintenir un bénitier « moyen » en bonne santé, non pas le minimum pour un individu donné.

Dans le cas de crocea, un éclairage avec tube fluorescent suffira dans des bacs très peu profonds, ou si un individu est placé près de la surface de l'eau dans un bac profond. Je recommande fortement de placer autant de lampe dans la rampe que possible, le montage des ampoules de sorte qu'ils soient au plus près de l'eau que possible (sans causer de problèmes de chaleur), puis placer le spécimen à 20 ou 30 cm de la surface de l'eau, moins de préférence. Certains spécimens peuvent être en mesure d’être maintenu par moments avec moins de lumière, ou plus bas dans les bacs plus profonds, mais je vous supplie de ne pas compter sur la chances. l'éclairage aux halogénures métalliques est vraiment la voie à suivre, de préférence un système de combinaison composée d'halogénures métalliques et l'éclairage fluorescent.

L'utilisation d'un système aux halogénures métalliques vous permet de placer un crocea plus profondément dans un bac, ce qui le rend également plus facile à voir. La plupart d'entre eux donnent leur meilleurs vues sous un angle élevé, de sorte qu'il est effectivement beaucoup plus agréable lorsqu'il est placé à proximité ou sur le fond d'un bac. Une ampoule classique aux halogénures métalliques de 175 watts devrait être suffisante pour maintenir une crocea sur le fond de tous les bacs de petite et moyenne taille, pas plus que 45 ou 50 cm de profondeur (ou pas plus profond que cela dans un plus grand réservoir. Jusqu'à 250 watts, ou même 400 watts, si un spécimen est plus éloigné de la surface.

Ensuite, nous arrivons à l’alimentation (ou pas d'alimentation). Tous les tridacnas sont des filtreurs qui ingèrent une variété de particules, ils dépouillent les eaux environnantes. Cependant, leurs zooxanthelles peuvent fournir une grande partie de leurs besoins nutritionnels, et ils peuvent aussi absorber les éléments nutritifs directement à partir de l'eau de mer. En fait, s'il est suffisamment éclairé, T.croceas de toute taille peut renoncer complètement l'alimentation par filtration et peuvent se développer dans l'eau sans particules tant que les nutriments dissous sont assez présents.

J'ai consacré un chapitre entier à la nutrition des tridacnides dans Fatherree (2006), qui couvre la façon dont ils «travail» en détail, mais je vais faire simple ici en disant que, dans les aquariums, pratiquement tout est pris en charge par un bon éclairage et le simple nourrissage des poissons. Certains aliments de poisson non consommés et deviennent détritus, que croceas peut filtrer, et les détritus libère également d'autres nutriments dans l'eau en se décomposant. Mais, la plupart des aliments sont consommés par les poissons, qui dégage alors des éléments nutritifs dissous (ammoniac, en particulier) et éliminent les déchets solides qui peuvent aussi devenir des détritus. Ainsi, lorsque vous nourrissez les poissons, vous nourrissez les bénitiers ainsi.

La vraie question est de savoir si oui ou non il y a suffisamment de poissons dans votre aquarium, et / ou suffisamment de nourriture pour poissons dans votre aquarium, pour survenir à un ou plusieurs tridacnas. Il est, en effet, possible d'avoir une trop faible charge de poisson (ou une charge trop élevée de bénitier, selon la façon dont vous le regardez) dans un bac, ce qui signifie que la quantité de déchets de poisson produite n'est pas suffisante pour répondre aux besoins des/du bénitier(s). Mon conseil est donc de s'abstenir de compter sur la chance et d'utiliser un produit de phytoplancton de qualité si vous avez des doutes. Encore une fois, cependant, la grande majorité des amateurs n'ont pas besoin de le faire.

Ensuite, il y a le brassage à considérer, car T.croceas vivent dans les eaux peu profondes sur les récifs et à proximité des récifs coralliens, et sont donc régulièrement exposés à de forts courants et de l'activité de la houle. Le mouvement de l'eau dans les aquariums, cependant, n’a généralement rien de comparable que les dans les récif ou à proximité, comme le brassage dans la plupart des aquariums a tendance à être assez linéaire et constant. Dans la plupart des bacs, une pompe brasse le même volume le jour et la nuit, et crée rarement une hausse réelle ou de la turbulence. Bien qu'il soit bon de ne pas exposer croceas à une forte vélocité, ou à écoulement turbulent, les mettre dans une zone où une pompe les brasse juste avec un courant linéaire fort en continu, n'est pas recommandé. Fondamentalement, tout courant qui force le manteau à trop se plier vers le haut, ou sur lui-même tout le temps, est mauvais, c'est ce type de courant qui fait qu’un spécimen rétracte chroniquement son manteau. Ainsi, vous pouvez placer un bénitier où vous voulez par rapport au courant, tant qu'il ne provoque pas une de ces réactions. Oui, un crocea peut prendre un jet occasionnelle qui se replie vers le haut ou fait se rétracter, mais si cela arrive tout le temps, le bénitier peut souffrir de stress, ou peut même commencer à mourir de faim par manque de lumière due à l'extension du manteau diminué.

Enfin, nous arrivons au placement. Je pense qu'il est préférable de placer toutes les espèces sur le même type de substrat que dans son habitat naturel, et les T. croceas n’ont jamais été retrouvés sur le sable. Je n'ai jamais trouvé un vivant sur des gravats, ils vivent sur (dans) des substrats durs seulement. Ainsi, un crocea doit être placé sur un substrat solide, si possible, où il peut se fixer solidement à un endroit comme il le ferait dans la nature. Un morceau plat de roche vivante ou squelette de corail fonctionne très bien, mais un morceau de tuile peut également être utilisé. Cela peut prendre quelques heures à quelques semaines, mais un bénitier en bonne santé se fixera généralement avec au moins un peu de filament byssus, ou peut-être beaucoup. Je ne dis pas que vous devez absolument le faire par tous les moyens, mais je ne le recommande.





Croceas se fixe par le fond de leur coquille en forment un lien solide en utilisant un certain nombre de fils de byssus. Ici vous pouvez voir le pied (gauche), qui contient l'organe du byssus,  se fixer formant des jeunes fils de byssus (sur la coque d'un bénitier voisin, dans ce cas).


Gardez à l'esprit que, si vous n'aimez pas la façon dont votre bénitier semble s’être fixé et prit place sur son support, vous pouvez toujours attendre qu’il se fixe sur un support puis enterrer ce support. Ce n'est pas un problème pour enterrer un rocher, ou tout autre chose où il se fixe, juste sous la surface en le couvrant avec un peu de sable ou de gravier. Cependant, vous ne devrez pas trop l’enterrer de façon que la partie inférieure d'un bénitier ne soit pas trop dans le sable, de cette façon il peut être irrité quand il ouvre sa coquille et qu’un grain (sable, gravier, etc…) arrive à pénétrer à l'intérieur.

Maintenant laissez-moi vous parler de certaines des choses que vous ne devriez pas faire concernant la mise en place d'un spécimen. Ne placez pas un crocea dans une crevasse étroite entre les rochers et autres, ce qui peut restreindre sa capacité à ouvrir complètement, et augmente également le risque de chute vers le bas dans la crevasse si il se bouge de trop. Ne pas en mettre un dans un trou dans une roche qui pourrait limiter sa capacité à ouvrir complètement. Et, si vous le placez un dans une anfractuosité suffisamment grande, ne laissez jamais une quantité importante de sédiments s'installer autour du bénitier. Vous devez souffler toute accumulation de sédiment en utilisant une poire à jus, pompe, etc

Si un individu est fixé à un morceau de roche, coquille, etc, ne jamais essayer de déplacer le bénitier et le support en saisissant le bénitier. C'est une bonne façon de le blesser, vous devriez toujours saisir le bénitier et le support ensemble, et faire très attention lors de la manipulation des deux. De même, vous ne devrez jamais tenter de tirer un crocea de son support pour rompre le lien car vous pouvez déchirer et extraire le byssus hors de lui. Enfin, ne pas le déplacer à plusieurs reprises sur une courte période de temps. Il peut être assez stressant pour le bénitier d'essayer de s'adapter aux changements d'éclairage et de brassage lors de son arrivé dans un aquarium, et le déplacer rapidement d'un endroit à un autre à plusieurs reprise peut parfois être trop stressant. Ce stress lié à ces activités peut conduire à une croissance ralentie ou une plus grande sensibilité aux maladies, ou peut même carrément être fatal. Si vous devez le déplacer (vers le haut/ bas ou au même niveau), assurez-vous de lui laisser beaucoup de temps entre chaque mouvement, une semaine ou deux au moins.

Photos copyright James Fatherree.

_________________
Mon 300L sous LED ICI sur le forum.

Et le blog ...


Au besoin, contactez moi par MP


Dernière édition par Fyleos le Jeu 5 Déc 2013 - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pixsweb.fr
Dreg34
Poisson Ange
Poisson Ange
avatar

Masculin Messages : 899
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 32
Localisation : VLM

MessageSujet: Re: Focus sur le Tridacna Crocea   Jeu 5 Déc 2013 - 11:26

Merci pour le partage et le taf de traduction surtout.

Je lirais en détail l'article dans le week.
Revenir en haut Aller en bas
http://surfcasting-34.over-blog.com/
peloflo
Dragon des Mers
Dragon des Mers
avatar

Masculin Messages : 1383
Date d'inscription : 25/05/2011
Age : 36
Localisation : nimes (mas d'escate - courbessac)

MessageSujet: Re: Focus sur le Tridacna Crocea   Jeu 5 Déc 2013 - 17:31

Merci pour cette article et cette traduction cheers .

Pour ma part je le trouve très enrichissant.

Merci encore
Revenir en haut Aller en bas
grekers
Dragon des Mers
Dragon des Mers
avatar

Masculin Messages : 4041
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 36
Localisation : nimes

MessageSujet: Re: Focus sur le Tridacna Crocea   Jeu 5 Déc 2013 - 19:41

Très bon article surtout lors de l achat surveillez que le vendeur n arrache pas le byssus
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Focus sur le Tridacna Crocea   

Revenir en haut Aller en bas
 
Focus sur le Tridacna Crocea
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Index des articles et sujets :: Articles des membres et autres sujets-
Sauter vers: